Streamer

Opération nez rouge au Réservoir de Rumilly avec Tof

Après une sortie la veille sur le réservoir de Barouchat, où j’étais passé complètement à travers, trop peu d’activité à mon goût. Même si Julien sans était vraiment bien sortie au streamer, cette journée niveau pêche m’avait laissé un goût amer. Tof par contre avait fait sa première truite en réservoir au Tenkara. Le lendemain j’avais plutôt prévu une journée repos, au programme ménage, lessive… Une belle journée en perspective quoi !!!

Mais c’était sans compter sur le Tof, qui a du rêver de sa truite toute la nuit, du coup petit coup de fil de sa part en fin de matinée. Il me propose de monter une opération commando sur le tout nouveau réservoir de Rumilly. Arrivés à 13h30 on pêchera tout juste 4h, mais ça suffira pour découvrir le potentiel de ce nouveau plan d’eau.

.

En mode monchu*

La pêche se fera à vue tout l’après-midi, pour ma part j’enchainerais les poissons en sèche, nymphe et streamer, pas d’énormes poissons mais beaucoup de plaisir. Les truites sont très combatives et de qualité, pas du tout abîmées comme on peu trouver sur certain plan d’eau. Tof de son côté fera ses premières truites en barque au Tenkara, j’étais un peu sceptique sur cette technique en réservoir, mais faut reconnaitre que c’est possible. Pas de gros poissons pour lui, mais bon une +40 au Tenkara ça pousse quand même, il était heureux comme un gamin.


.

Le tof un mec en or, toujours prêt à déconner

.
.
Un des poissons à Tof prit au Tenkara, chapeau l'artisteRigolant

Un bel après-midi au final, où on a vraiment bien rigolé, on y a envoyé du lourd dans la déconne, y a du gros dossier. Mais on gardera ça pour nous, même si j’ai déjà plus de réputation de mon côté, Tof en a encore un peu, enfin si il continu à pêcher avec moi ça va pas durer longtemps. Bon aller je vous en donne un échantillon. Il est 17h30, il est temps de rentrer, on est au milieu du lac, on se met en mode ramage façon paddle chacun d’un côté. Au bout de 100 mètres, Tof m’insulte de tous les noms car apparemment je ramais mal, effectivement on n’avançait pas beaucoup, jusqu’au moment ou on n’avançait plus, on reculait. On avait oublié de relever l’ancre, les boulets !!!

Enfin on peut vous dire que le fond du lac est propre !!!Clin d'œil

.


Pour ce qui concerne le réservoir en lui-même, je dois avouer que j’étais assez sceptique avant d’y aller. L’ancien plan d’eau était pour ma part pas du tout adapté à la pêche à la mouche, trop petit, trop d’arbre et une mauvaise gestion au cours de la saison. Mais pour ce nouveau plan d’eau bien plus grand, je dois reconnaitre que j’ai eu tord, comme quoi la critique est facile. On est sur quelque chose de nouveau et complètement différent, les barques sont de qualité, les poissons aussi et surtout très bien répartis sur le plan d’eau, ce qui est un point fort pour ma part. Pour ceux qui connaissent la mythique anse de Barouchat, on n’est pas du tout sur la même pêche. L’eau est un peu teintée, mais ça ne gène pas du tout au niveau de la pêche et surtout ça n’a pas l’air de déranger les poissons, qui sont en pleine forme. Les premières gelées amélioreront d’ailleurs les conditions de pêche. Au niveau des poissons on y trouve pour l’instant que des truites Arc-en-ciel, même si les poissons trophée ne sont pas nombreux, la densité est très bonne, là est le plus important, il y aura d’ailleurs des lâchés régulièrement.

.

Une des belles robes de l'après-midi

Le site est gérée par l’AAPPMA de l’Albanais qui est souvent critiqué sur certaine chose, j’en fais aussi parti je dois le reconnaitre, mais forcé de constater que la Fédération de Haute-Savoie ne fait pas grand-chose pour nous les pêcheurs à la mouche lors de la période hivernale. Ce genre de réservoir manquait dans le coin même si on avait déjà Barouchat et Arenthon, dans la région d’Annecy c’était le néant.

.

 Quelques vues du plan d'eau

.

Pour finir, j’ai surtout senti une équipe qui a envie de bien faire, avec l’appui de Sylvain BILLOT (Guide de pêche) qui gère le réservoir, l’accueil est très bon. Vous y trouverez un local, où vous pourrez prendre une boisson et bientôt des repas chauds, vous avez aussi la possibilité de louer des float tubes. On pourra aussi très prochainement, prendre un permis à la demi-journée. Il y a aussi de beaux projets en perspective qui vont arriver, comme cette barque pour les personnes à mobilité réduite ou encore un ponton qui permettra la pêche du bord. Peut être que dans quelques saisons, le réservoir de Rumilly sera une référence, qui sait ! Alors courrez découvrir ce nouveau réservoir et encore un grand bravo à l’équipe de l’Albanais, continuez comme ça les gars !!!


Pour plus d’information sur le réservoir de Rumilly, tarifs, conditions de pêche cette ici : http://www.reservoirmouchederumilly.fr/

 

Un Monchu*: Un touriste ridicule. En patois savoyard, monchu signifie "monsieur ". C’est ainsi que les montagnards du siècle dernier surnommaient les riches parisiens qui venaient   prendre l’air en altitude.

 


Opération nez rouge numéro 2, à découvrir sur le site de Mig Fly Fishing

http://migflyfishing.wordpress.com/

/
 

 




















 

 

 

Retour à Barouchat

Enfin le retour au bord de l’eau, plus d’un mois que je n’avais pas mis la canne dans la main, ça commençait à piquer un peu. Du coup j’organise une petite sortie à Barouchat (Réservoir à Bourgneuf en Savoie) avec Brizon. Ca faisait depuis le mois de Juin qu’on n’avait pas pêché ensemble, c’est toujours un plaisir de le retrouver le « gamin » pour notre première sortie de la saison en réservoir.

Arrivés sur les lieux à l’aube, première bonne surprise on est les premier, ce sera quasiment le cas toute la journée, avec une fréquentation de pêcheurs, très faible. Ce qui est assez rare pour ce plan d’eau, où la fréquentation est très élevée. Niveau pêche le point négatif est toujours le même pour Barouchat, c’est la mauvaise répartition des poissons, comme d’habitude les fishs sont regroupés dans l’anse au fond du réservoir. La pêche est donc moins attrayante à mon goût, autre point négatif comparer à la saison dernière c’est la taille des poissons qui à nettement diminuée, surtout pour les Aguabonita. Je vous rassure, il reste toujours des belles pièces, mais moins nombreuses.

La preuve en image


Aux niveaux des points positifs, c’est une grosse activité de surfaces dès le matin, qui nous permettra de nous régaler en sèche, assez surprenant à cette période. Les poissons s’enchainent pendant 2 heures, un vrai régale, puis l’activité baisse d’un coup. On pêchera le reste de la journée entre deux eaux, avec des nymphes pour ma part et des streamers pour Brizon, avec de très bons résultats.

L' atmosphère envoûtante du matin 

Une belle bleue du matinBrizon avec une des nombreuses bleue de la journée

La taille des poissons pris dans la journée, tourne autour des 40/50 cm, je t’apperai deux jolis poissons de plus de 60 cm en nymphe à vue et Brizon décrochera le poisson de la journée. Une Arc-en-ciel monstrueuse, estimée aux alentours des 80 cm. On finira par un joli coup du soir en sèche, avec une grosse activité de surface qui nous poussera à pêcher jusqu'à l’obscurité.

Une bûche de l'après-midi 

Une belle truite prise par Brizon avec une Mulétor Rose de chez "La boite à Mouche". La mouche de la journée

Encore une belle journée, avec 10 heures de pêche passées avec l’ami Brizon qui se termine. A refaire très vite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Esturgeon d’un mètre à la mouche

De passage dans le Gard pour la fin des vacances, où j’ai très peu pêché. La canne commençait à être en manque dans le coffre de la voiture. Du coup pour la soulager, je décide de lui préparer une sortie sur un petit réservoir que j’avais découvert au printemps. Un lieu vraiment sympa, où je mettais éclaté en sèche sur de belles truites combatives. Cette première sortie m’avait permis de découvrir que le réservoir contenait trois beaux esturgeons d’un mètre, par crainte d’abimer le matos je n’avais pas osé les tenter. Le propriétaire du site m’avait dit que trois pêcheurs avaient déjà réussi à en ferrer, mais sans jamais arriver à en sortir un. Je mettais alors promis d’y retourner pour essayer dans faire un, chose dite chose faite. .Me voilà arrivé sur le site, je découvre alors que l’eau est vraiment teintée, du apparemment aux carpes qui fouillent le fond, la pêche à vue va donc s’annoncer compliquer. Je pêche une bonne heure en nymphe, sèche, sur les quelques poissons que je vois en surface, avec de bons résultats. J’aperçois de temps en temps des grosses taches noires collées sur le fond qui se déplacent, ça sent le caviar. .

Je décide de monter une grosse nymphe lourde, après plusieurs tentatives, sans résultat. Ils sont malins les bougres, j’avais surtout du mal à voir ma nymphe, vu la couleur de l’eau, des fois je ne savais pas si je lançais devant la gueule ou la queue du poisson. Le bordel quoi !!!

Je retourne alors m’amuser sur quelques truites sur l’îlot centrale du réservoir, jusqu’au moment où j’aperçois un gros esturgeon le long de la berge d’en face, l’eau est plus clair. C’est ma chance, j’enfile vite une pointe en 16 ct, oui je sais c’est un peu léger, mais c’est le plus gros que j’avais… J’opte pour un streamer assez fin mais lourd, je lance alors à trois mètres devant le poisson à l’endroit où j’espère qu’il passera. Le streamer se pose sur le fond, le poisson arrive pile dessus, petite animation, aspiration, ferrage, pendu, non de dieu !!!

Sans suit un rush de dingue, je me dis alors qu’avec ma pauvre 9 pieds soie de 5, je ne pèse pas lourd, va falloir vite abréger le combat. Le problème c’est que mon épuisette est bien évidemment trop petite et le seul moyen de le sortir à la main est de l’emmener dans l’anse, au fond du réservoir. Va falloir ruser, j’arrive tant bien que mal à lui faire prendre la bonne direction. Et au moment où je suis sur la passerelle pour retourner de l’autre côté, il en profite pour passer dessous. Je suis coincé comme un con sur la passerelle, la soie file entièrement dessous, je le bride à mort, la canne est à la limite de la rupture. Après quelques secondes, qui durent des minutes, il décide enfin de faire demi-tour. Cette fois je peux enfin traverser sans encombre.

.La fameuse passerelle

Il reste un dernier obstacle à passer, une barque qui sert à laver le fond du réservoir muni de griffe, aie, aie !!! Au vu de la barque, il essaie de s’enfiler dessous, je suis obliger de monter dessus pour lui en dissuader, sans suis une belle chandelle, pas content le coco. Il a alors la bonne idée d’aller se coller au fond de l’anse, seul problème la barque se casse avec moi dessus. Je tente alors un triple saut à la Teddy TAMGHO, qui me sauve d’un voyage au milieu du plan d’eau. .

A gauche, la barque où il a voulu me la faire à l'envers

Me voilà enfin dans l’anse, je le bride toujours comme un fou, j’ai franchement l’impression d’être accroché à un Saint Bernard avec une laisse pour yorkshire. Pendant plusieurs minutes, il suce le fond comme un barbeau en essayant de filer dans les roseaux. Et subitement, il dépose les armes, je l’emmène tant bien que mal près du bord, il est cuit. Au moment où je le sors de l’eau, le streamer se décroche tout seul, ouf c’était limite. Il m’en aura fait voir de toutes les couleurs, j’ai eu beaucoup de chance de le sortir, vu le matos que j’avais entre les mains. Du pur bonheur, un poisson magnifique, mon premier esturgeon, métré en plus, après quelques photos je le remets vite dans son élément..

.

Pour se rendre compte de la puissance du poisson, y'a cas voir la taille de la nageoire pectorale

.Une vrai tête de dinosaure

.

L’après midi se termine après ces belles émotions et la rencontre de Rémy LOYE, un pêcheur d’une grande gentillesse, rencontré auparavant sur les réseaux sociaux, le monde est petit.

Les vacances se terminent bien, il est temps de rentrer dans la Yaute…

 

 

 

×