Ombre Commun

Road trip en SAVOY avec Mig

;

Les Jambes sont descendues mais la tête est restée là-bas, ça aurait pu être le titre de ce CR. Effectivement après quatre jours à la découverte de rivières plus belles les unes que les autres, de campings sauvages où la douche n’a pas été fréquente, de journées longues à arpenter les berges et de soirées au bord du feu à revivre les émotions de la journée bien aidés par quelques breuvages, le retour à la civilisation a été éprouvant.  

Dans la vie, on dit que les vrais amis se comptent sur les doigts d’une main, Mig fait parti de ceux-là, c’est un peu ma deuxième femme avec des poils en plus, le genre de personne avec qui tu partirais faire le tour du monde les yeux fermés. On s’était promis l’année dernière de faire un séjour pêche cette saison, on avait beaucoup de destinations en vue surtout en France mais aussi à l’étranger. Au vue des conditions de pêche en plaine (étiage et canicule), quoi de mieux que de prendre un peu de hauteur, le département de la Savoie est l’endroit rêver pour cela. Un département que je connais très bien pour y avoir passé tous mes week-ends lors d’une saison, où j’ai pu m’enfoncer dans chaque vallée pour y découvrir les merveilleuses rivières de cette magnifique Savoie. Mig connait aussi très bien le coin, pour l’avoir sillonné en vélo ou en randonné, mais jamais en waders. Le départ était donc donné pour un séjour à penser pêche, pêche et pêche…

Sur la route j’étais un peu inquiet, notamment pour les conditions d’eau que nous allions rencontrer, à cette période de l’année où la fonte des glaciers bas son plein, j’étais quand même rassuré après avoir passé quelques coups de fil les jours d’avant. Je tiens d’ailleurs à remercier Stéphane L, Alex C, Julien V et Sylvain B pour les informations qu’ils ont pu nous fournir pour préparer au mieux notre séjour, comme quoi la camaraderie est encore présente dans le petit monde de la mouche. J’ai aussi une pensé pour Jean-Louis R, c’était un plaisir de le revoir, il nous a bien fait marré sur la description du parcours (pas vu les chiens!).

Arrivés sur les lieux, mes inquiétudes du matin ont vite été effacé au vue du premier parcours, tout le séjour se fera dans une eau au couleur des rivières Slovènes, avec d’excellents niveaux.

.

 

Du point de vue pêche, se sera un véritable régale, des poissons en forme, très puissants, avec une belle densité sur tous les parcours, il n’y a pas eu 100 mètres de rivière où on n’a pas touché notre dose de mucus, on touchera au final quatre espèces de poisson. La pêche s’est fait la plus part du temps en nymphe, technique la plus productive sur les torrents. On a quand même trouvé quelques rivières à prospecter en sèche à plus de 1500 mètres d'altitude où les truites étaient bec au vent dans un décor somptueux. Mig de son côté s’en est vraiment bien sorti, lui qui n’est pas un habitué de la nymphe sur ce genre de rivière, a réussi de belles pêches et notamment a progressé du début à la fin du séjour. Il a d’ailleurs prit la première truite sur ce qui restera le coup de ligne de l’aventure, sur un poisson prit dans une veine puissante qui lui mettra deux énormes chandelles, le tout avec un arbre mort qui le séparait du poisson. Le bougre a aussi sorti le plus gros poisson sur la dernière veine du séjour, un magnifique ombre commun gras comme un cochon, un moment tout simplement magique pour lui et pour moi, ça restera le "Poisson" de ce Road trip. De mon côté, j’étais sur mon terrain de jeu, le genre de rivière que j’affectionne, avec pour moi aussi beaucoup de poissons, de jolis coups ligne et quelques frustrations notamment sur ce satané pool où je décroche huit ombres.

Ces quelques jours de pêche ont été riche en rencontres, rigolades, anecdotes improbables, partages et émotions, encore beaucoup de choses à vous raconter mais le but premier de ce séjour était de se créer des souvenirs que l’on gardera égoïstement pour nous, parce que tout simplement « Les souvenirs sont ce qui nous reste du bonheur passé ».

Je vous offre quand même quelques photos de notre Road trip au paradis, attention à vos rétines.

.

Première truite du séjour, prise par Mig

.

Un goût de calanques de cassis

.

Un coup de ligne de dingue, pour cette jolie truite

.

.

Une des belles truites de Mig, prise dans une petite veine où l'on fera 8 poissons

.

AVENTURE, PARTAGES, PAYSAGES, EMOTIONS, SOUVENIRS

Cinq mots qui résume bien notre escapade

.

Celui là m'aura fait cavaler

.

Un petit Omble de fontaine prit en sèche

.

Une jolie truite très grasse et puissante comme la plupart des poissons rencontrés

.

Il y a des moments on était obligé d'arrêter de pêcher, tellement le décor piquait les yeux

.

L'ombre de Mig, combat, robe, nageoires, un poisson magique

.

...

Dernier poisson de l'aventure pour moi, sur un coup de ligne improbable

.

.

 

À bientôt pour de nouvelles aventures dans la Yaute.

ARVI’ PA

 

 

Rencontre avec Steve et son paradis

Enfin la rencontre avec Steve et son paradis, j’avais hâte, tellement hâte que je n’ai pas trouvé le sommeil de la nuit. La journée s’annonçait longue !!! Départ à 5 heures pour le pays du Gruyère. Je le récupère à la gare, où je trouve un mec avec une grande gentillesse et très simple comme j’aime, qui te met à l’aise d’entré. Direction la rivière, la journée s’annonce chaude donc le coup du matin sera important, même si on fera du fish toute la journée, au toc en nymphe.

Arrivé au bord de l’eau, je découvre une petite rivière tout simplement magnifique, le niveau d’eau est bon, y a plus cas. Steve me montre les bonnes veines d’eau à prospecter et me laisse les meilleurs postes. Il ouvre le bal avec des ombres et je fais de même après avoir trouvé la bonne nymphe. Je comprends assez vite que le coco est là pour moi, il n’y aura pas de compétition, que du plaisir et surtout du partage. Le mot partage est un peu faible pour ce mec au grand cœur. Pour exemple ce poste magnifique qu’il me laisse pêcher :

- Oh steve tu ne pêche pas là ?

- Nan coco, je te laisse y a du gros fish là, aller fais moi une belle plaque.

Première dérive, pendu, la plaque est au bout, un beau thymallus qui se bagarre comme un beau diable. Steve est encore plus content que moi, je comprends à ce moment là, que je vais me régaler toute la journée. Pour me remettre de mes émotions il me propose une petite pause, avec bière écossaise au programme, il est 9h30 !!!

.Première plaque de la journée

..

Le p'tit déj!!!

On enchaine Ombres et truites toute la matinée, avec des beaux poissons et quelques décrochés. Steve enrage après une truite de +50 qui lui donne du file à retordre, il se consolera avec un superbe ombre. Il a du niveau le coco, ses dérives au cadre sont fatales.

....Une belle plaque

Il est l’heure du casse-croute, au menu, des produits de la Yaute que j’avais ramené, encore du partage et beaucoup de fous rires.

.

Après cette petite pause frugale, on pêchera un secteur plus ombragé pour se protéger de cette chaleur étouffante, la rivière est toujours aussi belle, même s’il faudra slalomer entre les baigneurs qui enragent le steve. Comme pour le matin, il me fera découvrir les meilleurs spots du secteur qu’il connait comme ca poche, les beaux fishs s’enchainent tout l’après-midi. Comme le matin, je suis assez surpris par la densité et la taille des poissons, même s’ils ne sont pas pour autant facile à leurrer. Steve m’expliquera que son paradis a subi plusieurs micros pollutions ses dernières années et que la rivière s’en remet tout juste. En fin d’après midi, il me propose un petit coup du soir sur un pool, vu l’heure on file boire quelques bières au bistro en attendant…

Le pool est magnifique, un peu déçu car je ne trouverais jamais la pêche même si je décrocherais deux poissons, ce sera une grosse bredouille pour moi. Le coco par contre enchainera les grosses plaques pendant une heure, une belle démonstration de pêche au cadre. Je me consolerai avec quelques truites plus en aval.

..Une beauté de cette belle rivière

.Une superbe truite prise par steve

...Le coco en pleine action

La journée se termine après 13 heures de pêche, je suis lessivé. Je ramène steve, qui m’offrira un beau cadeau, mon premier cadre encore une preuve de sa générosité. Au final, ça restera une journée gravée dans ma vie de pêcheur où j’aurai découvert une magnifique rivière, un petit joyau à protéger. Mais surtout une belle personne que je qualifierai en trois mots, partage, générosité et simplicité. Des choses de plus en plus rares dans le monde de la pêche.

.

MERCI A TOI COCO

 

 

.

 

 

 

 

Interview de "STEVE GALLI" pêcheur au cadre genevois.

GENEVA STREET FISHINGPour cette seconde interview, j’ai décidé d’aller de l’autre côté de la frontière, en Suisse, pour vous faire découvrir un pêcheur Genevois, Steve. Comme la majorité des pêcheurs du coin, il pratique avec passion la pêche au cadre, une technique originaire de Suisse. Lui et d’autres pêcheurs comme F. Zanella, ont modernisé cette technique, qui aujourd’hui commence à se développer en France. Je vous laisse faire connaissance avec ce passionné au grand coeur.

Salut Steve, peux-tu nous faire une petite présentation?

Steve Galli 41ans , je pêche depuis l'âge de 5 ans et je me suis spécialisé au cadre (vairon-mort/ "dandi") ainsi qu'au"toc"canne/cadre. Je pratique également la pêche aux leurres durs et souples à la recherche de messire esox en "baitcast" (casting) sur le Léman. Une de mes facultés les plus développées, est la transmission de mon savoir aux novices concilliants.

.Les cadres maison en mode vairon mort/dandi

Comment t’es venu cette passion pour la pêche?

C'est mon grand-père maternel, écossais, qui m'a mit le pied à l'étrier alors que je n'avais que 5 ans, en ce temps-là (1976-1980) il pêchait à la mouche avec une canne en bambou de quasi 5 m de long !
Je l'accompagnais tous les jours au bord du "dam" terme anglais désignant une retenue d'eau. J'ai pris mes premières truites et saumons dans ce lieu magique, qui se trouvait en pleine forêt et à 10 min à pied de notre maison. Je l'ai toujours observé, ce qui plus tard m'a été d'un grand secours dans la "lecture" des veines d'eau.

.La rivière d'enfance à Steve, il y a pire pour débuter

Alors moi, je t’ai découvert il y a quelques années sur internet grâce à une photo où l’on te voit avec une truite extraordinaire, peux-tu nous raconter la prise de ce poisson?

Alors c'était le mercredi 27 octobre 2010 (le Rhône genevois fermait le dernier dimanche d'octobre à l'époque et fin novembre actuellement).
L'eau était laiteuse après trois jours de bise soutenue, donc des conditions optimales pour la migration des truites lacustres. J'étais absolument seul le long des berges du Rhône urbain genevois et venait de faire la "descente" depuis le pont sous-terre à la pointe de la Jonction au vairon-mort ( monture bohémienne) mais sans succès...
En remontant le même secteur, j'opte pour une autre technique qui se nomme "le vif-tournant" et décide de peigner avec insistance les bordures quand soudain, j'aperçois une énorme masse sombre monter vers la surface, dans l'excitation je redescends mon montage et un arrêt brutal sur ce dernier suivi d'un ferrage appuyé viennent me confirmer que la belle est piquée !!! Durant une bonne quinzaine de minutes, elle va sonder rageusement mais mon 20 centièmes fait le travail. Comme précité plus haut, je suis seul avec moi-même et mes émotions, donc va falloir tout gérer...
La mise à l'épuisette sera rocambolesque car une barrière surplombe l'eau, donc canne/cadre dans une main et épuisette dans l'autre, par deux fois elle me faussera compagnie jusqu'à ce que finalement je réussisse à la faire "rentrer". Je tremble de partout, ce splendide poisson est au sec et arbore la plus belle robe qui m'ai été donné d'admirer! Un poisson majestueux qui accusera 75,5 cm pour 4,775 kgs.

.

La truite magique à Steve, une robe fabuleuse


Ta technique de prédilection est la pêche au cadre, peux-tu nous parler de cette technique, pour ceux qui ne la connaissent pas?

À l'origine ce sont les écoliers genevois, qui au siècle passé cassaient leurs ardoises pour en récupérer le cadre en bois qui les entourait. Une bien jolie façon de faire l'école buissonnière! Il faut aussi savoir que Genève est le seul et le dernier canton suisse autorisant la pêche au cadre sans canne depuis les ponts de la ville.
Tout d'abord je vais vous parler de ses dimensions usuelles. La taille moyenne d'un cadre est de 30 par 15 cm mais on trouve également de plus petits ainsi que de plus grands modèles. Le bois le plus couramment utilisé est soit le frêne, soit le chêne pour sa solidité mais l'on peut tout à fait utiliser du bois prévu pour les constructions navales qui aura l'avantage d'être imputrescible. Pour ma part, j'utilise des cadres de grande taille (35-37cm par 15-18cm) pour la simple et bonne raison que j'enroule plus de fil par tour de cadre et que je lance sensiblement plus loin.
Au niveau de la technique, j'emploi un cadre en lieu et place d'un moulinet traditionnel, tout simplement pour une question de sensations car on a constamment les doigts en contact avec le fil et que l'on est son propre frein !!!
...                                                                                            Ca cadre un max !!! 
           

Tout pêcheur a sa rivière favorite, toi ton paradis s’appelle l’Allondon, peux-tu nous le faire découvrir?

L'Allondon est ma rivière de coeur, car je l'ai connue alors que je n'avais que 6 ans et je n'ai cessé de l'arpenter depuis. Malheureusement c'est un petit paradis fragile qui a subi pas moins de trois pollutions, ces vingt dernières années. La dernière en date remonte au 28 Aoùt 2001. Ci-joint le lien explicatif: www.fgsp.ch

Néanmoins, cette rivière de plaine a toujours eu une très bonne renommée malgré les diverses agressions dont elle a été victime. Le côté sombre de ces diverses pollutions réside dans le fait que la souche endémique de l'Allondon a totalement disparue. Il reste cependant une forme hybride se rapprochant étrangement de la souche autochtone. Ce cours d'eau possède également une très belle population d'ombres communs, qui sont aujourd'hui totalement protégés. Lien concernant la règlementation draconienne: etat.geneve.ch/dt/nature

C'est une rivière qui prend sa source au pied du Jura français (l'Ain) et qui se jette dans le Rhône genevois au lieu-dit, la Plaine. Les crues hivernales sont d'une telle puissance que le lit est modifié d'année en année, d'une saison à l'autre bien des postes disparaissent pour laisser la place à d'autres. En conclusion, ce petit joyau fait parti de mon être, donc je mettrai tout en oeuvre pour qu'elle soit respectée à sa juste valeur..


 


.Un bel ombre commun prit sur l'Allondon

 Le paradis à steve

.Une belle fario au cadre

 Un ombre magique de l'Allondon

Tu pêches aussi le plus grand lac d’Europe, le Léman, doté d’une très grande richesse piscicole, qu’elle pêche pratiques-tu dessus?

Le Léman, c'est le lac de tous les excès, de part sa superficie d'abord, qui en fait le plus grand lac naturel d'Europe mais aussi et surtout pour les tailles exceptionnelles qu'atteignent les carnassiers présents. Des brochets de taille record y sont capturés chaque année ainsi que d'énormes truites lacustres. C'est aussi un haut-lieu pour la pêche du corégone (Féra) qui atteint également des tailles impressionnantes. C'est un lac capricieux qui peut être "mer d'huile" et en quelques instants se déchainer suivant la force des nombreux vents qui le traversent. Les méthodes de pêche antiques que sont la traine aux écarteurs ou la pêche au tour de fond, donnent toujours de bons résultats. Mais depuis quelques années avec le développement des divers forums et réseaux sociaux via internet, une nouvelle approche à fait son apparition, la traque de messire esox aux leurres souples sur des bass boats de type américain, dotés de sondeurs qui facilitent une prospection rapide de vastes étendues d'eau. De plus ces pêcheurs "modernes" font partis de la génération "no-kill" ce qui signifie, qu'ils remettent toutes leurs prises à l'eau.

Au final les possibilités de pêche sur cette immense lac, n'ont d'égal que sa superficie extraordinaire. En deux mots, le Léman c'est géant!

 .Couché de soleil sur cette belle flaque, ça fait rêver

                                      .319042-555551494471520-316370581-n-1.jpg                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
                                                                                                     
Quel matériel utilises-tu pour traquer ses gros brochets?

Je pêche surtout le brochet du bord, à savoir dans les ports, entre les bateaux. Il est indéniable qu'il faut un matériel puissant devant faire face aux cordages et autres chaines présentes. C'est pour cela que je traque les brochets en "baitcast" (casting) avec une tresse puissante et un fort fluorocarbone. Pour les leurres, tout dépend de la saison, en règle générale j'utilise de gros jerkbaits et des swimbaits en début de saison, puis des leurres souples de tailles variables. Pour ce qui est de la pêche plein lac, je privilégie la pêche à la verticale et en jigging, dans des fonds variant entre 10 à 30 mètres.

.

Un petit florilège des petits brochets de steve!!!

 .

 .

.

 .


Je sais que pour toi la pêche rime avec partage et transmission de savoir, peux-tu nous en parler?

Pour moi le maître mot de la pêche, n'est autre que le partage. Ma plus grande faculté mis à part la lecture d'une veine d'eau ou d'un poste, n'est autre que la transmission de mes connaissances aux âmes désireuses d'apprendre le plus bel art qui soit. Un exemple typique de cette réussite, c'est la fierté d'avoir transmis la pêche au cadre à mon "p'tit poulet" Thibault CASANOVA, qui aujourd'hui maîtrise cette technique genevoise ancestrale à merveille. L'aboutissement d'une vie de pêcheur, c'est la capacité de transmettre son savoir, j'ai d'ailleur plusieurs élèves en formation cette année et d'autres encore j'espère.

 .Steve et ça bande de potes où rime le partage

 ..

Lire la suite

×